Qu’est-ce qu’un cms ?

Définition d’un Système de Gestion de Contenu

Les systèmes de gestion de contenu ou SGC (de l’anglais Content Management System ou CMS) sont une famille de logiciels de conception et de mise à jour dynamique de sites web partageant les fonctionnalités suivantes :

  • les hyperliens, qui permettent de référencer les articles entre eux,
  • un moteur de recherche sur le texte,
  • des tris spécifiques (par date de modification, auteurs, liens…)

Un CMS n’est pas un blog qui présente des nouvelles publiées sous forme de fils de discussions, souvent de manière chronologique et avec un classement par thèmes. En effet, un CMS propose d’autres manières de structurer l’information. Ce n’est pas non plus un Wiki d’où la chaîne de publication est absente. Toutefois, nous pensons que ces distinctions blog, cms, wiki vont avoir tendance à disparaître; tant certains blogs savent aussi être un wiki et inversement; au profit d’une notion plus générale de Système de Gestion d’Informations en Ligne.

Fonctions communes

Pour arriver à ce résultat, la conception se base assez souvent sur les mécanismes suivants :

Utilisation d’interface web

Le Web est accessible quel que soit le type de système d’exploitation au moyen d’un navigateur. Ainsi, les utilisateurs n’ont pas besoin d’installer de logiciels spécifiques. Qui plus est, le Web offre un format de données lisible, imprimable et stockable par tous, ce qui facilite l’échange et l’accessibilité des documents.

Séparation entre contenu et présentation

C’est un principe fondateur de la gestion de contenu :

  • Le contenu est stocké le plus souvent dans une base de données, structurée en tables et en champs. C’est le contenu des champs de la base qui est créé/modifié par le rédacteur, et non pas la page elle-même. On parle de site « dynamique ».
  • la présentation est définie dans un gabarit. Le gabarit définit deux choses : la mise en page des pages web – via le code html et les feuilles de styles (css), et quelles informations sont extraites de la base de données (ainsi que l’endroit où celles-ci doivent être affichées, sous quelles conditions).

Édition de page simplifiée

Du fait du principe de séparation contenu/présentation, les rédacteurs peuvent se concentrer sur le contenu. L’édition des pages est considérablement simplifiée, et deux mécanismes sont proposés :

  • une interface WYSIWYG qui propose une interface graphique de mise en forme similaire à celle proposée par un traitement de texte.
  • l’utilisation de balises simplifiées, visant à mettre le texte en forme. Il en existe plusieurs, dont la plus répandue est BBCode. On peut aussi citer des alternatives plus modernes telles que Markdown ou Textile.

De multiples méthodes de rangement de l’information

La théorie de l’information nous apprend que plus il y a d’informations, plus le désordre augmente. C’est-à-dire que si l’on recherche une information spécifique, toutes les autres informations créent du bruit. Un système de CMS possède donc de multiples mécanismes de tris plus ou moins complexes comme :

  • les hyperliens, qui permettent de référencer les articles entre eux,
  • un moteur de recherche sur le texte,
  • des tris spécifiques (par date de modification, auteurs, liens…)

La majorité des systèmes CMS offre la possibilité de catégoriser l’information, de l’indexer, d’utiliser des taxonomies, pour encore améliorer les méthodes de recherche. On peut donc créer des catégories de contenus, des sections (ou rubriques) voire des mots clés favorisant l’indexation.

La multiplication des vues, des mécanismes de choix, diminue la profondeur de l’information par rapport à la page d’entrée en multipliant les chemins, et la rend donc plus accessible.

Gestion des droits

Par le biais de l’interface d’administration, le système offre la possibilité de gérer les utilisateurs et leurs droits. C’est à dire de leur donner accès ou non aux fonctionnalités du système. Les fonctionnalités sont multiples et variables selon la plate-forme, très basiques comme un droits de lecture/écriture sur un article, ou plus élaborées comme un droit de modération d’autres utilisateur.